Le conseil sur mesure

BlogBlog/Blog.html
Plus de soixante dix référencesSoixante_dix_r%C3%A9f%C3%A9rences.html
Acteur de la modernisation de l’EtatActeur_de_la_modernisation.html
A propos d’AuRéDiA_propos_dAuR%C3%A9Di.html
AccueilAccueil.html
Cinq familles de prestationsCinq_familles_de_prestations.html
 
 

Le conseil en management et en intégration de systèmes d’informations s’est fortement intensifié dans le secteur public, depuis dix ans. Il y a fort à parier qu’il en sera de même dans les années à venir. Dés lors, cette profession n’étant pas réglementée, n’importe quel acteur peut facilement faire illusion et s’autoproclamer “consultant”, “spécialiste” du secteur public.

Si un consultant n’affiche pas ses engagements en matière de Qualité, c’est qu’il ne prend au sérieux ni son propre métier, ni les attentes de ses clients. Et s’il ne s’engage pas, c’est qu’il n’est pas cohérent avec lui-même.

AuRéDi s’engage sur trois principes de Qualité :
- Ouvrir ses références en toute transparence et inviter prestement une personne publique à se renseigner sur ses interventions passées en appelant ses clients
- Répondre aux questions posées, par des arguments et des chiffres, en précisant la qualité de l’information et la méthodologie utilisées
- S’exprimer, à l’écrit comme à l’oral, en langage simple, en bannissant l’ésotérisme, dont l’utilisation par certains masquent en réalité la faiblesse de l’analyse ou le manque d’expérience, tout en fourvoyant les décideurs publics dans des raisonnements, supposés d’autant plus pertinents qu’ils seraient impénétrables

Au-delà de l’efficacité d’une intervention de conseil, il en va d’une nécessaire déontologie, c’est-à-dire un mélange de savoir-vivre et de bon sens.

1. Qualité

Existe-t-il un seul projet qui se passe comme prévu ? Puisqu’un projet change de nature chemin faisant, faut-il alors suivre rigoureusement un cahier des charges qui n’a pas tout prévu, ou bien faut-il faire preuve de réalisme et de souplesse au cours de l’exécution du marché ?

AuRéDi s’engage sur trois principes de Souplesse, à la condition d’acter ce changement en comité de pilotage :
- Échanger, par équivalence d’un même nombre de jours hommes, une prestation par une autre au cours de l’intervention, en jouant sur la fongibilité des jours-hommes du budget ;
- Permettre la présence de décideurs ou d’agents non prévus à des entretiens et ajouter exceptionnellement quelques entretiens ;;
- Rédiger sur demande une note de synthèse pour un décideur, résumant les travaux de l’intervention, à destination d’une tutelle politique ou hiérarchique.

Bien entendu, si les demandes exprimées par une administration outrepassent manifestement le périmètre du cahier des charges de manière exagérée, l’ensemble de la réflexion de la personne publique devra être revue. Le consultant ne peut être tenu de corriger, au cours de l’exécution du marché, une réflexion mal appréhendée en amont par la personne publique.

2. Souplesse